Incertains Regards

Section Théâtre Aix-Marseille Université


Prometheus Desmotes d’Eschyle | Argyro Chioti

jeudi 18 janvier 2018


Du 24 avril au 28 avril 2018, La Friche Belle de Mai, Marseille
Création universitaire | Secteur Théâtre • Aix-Marseille Université
mise en scène par Argyro Chioti


— information pratiques
— présentation du projet
— distribution
— Images du spectacle
— Le metteur en scène
— le projet universitaire


Informations pratiques

— Quand : Du 24 mai au 28 avril 2018, à 19h
— Où : 41, rue Jobin • La Friche Belle de Mai, Marseille
— Réservation : 04 95 04 95 95


Présentation du spectacle

Inspirée de Prométhée Enchaîné d’Eschyle, Traduit du grec par Irène Bonnaud, publié aux éditions des Solitaires Intempestifs

« Ce que tu regardes est impossible à regarder »


Prométhée Enchaîné est un texte d’Eschyle dont la première représentation date des environs de 475 Avant J.C. Même si ce texte vient de l’antiquité grecque, il est tout à fait contemporain, étant donné que dans son écriture, il soulève des questions universelles, politiques et métaphysiques, à propos de la nature humaine, et de la relation de l’individu à la communauté.
Le personnage de Prométhée est l’incarnation même de la contestation du pouvoir absolu. Il ose affronter le pouvoir tyrannique de Zeus en montrant aux hommes le feu et les arts. Suite à cet acte de bienveillance envers l’humanité, il est enchaîné et devient un prisonnier politique, une voix dissonante sur le pouvoir établi.
Ce texte d’Eschyle permet d’engager une réflexion sur la démocratie, la prise de parole et la bienveillance envers l’autre. En résumé, on pourrait affirmer qu’il pose les questions suivantes : Que faire face aux injustices ? Quelle trace souhaite-t-on laisser de notre passage sur terre ?


Prometheus desmotes par Argyro Chioti
Le parti pris : l’universalité


La metteuse en scène a choisi comme point de départ, la musicalité du texte d’Eschyle. Le but est celui de représenter à travers les corps des acteurs la poésie de l’écriture, en laissant de côté le réalisme et la vraisemblance. Le spectateur sera face à des corps qui composent un organisme vivant sur le plateau ; organisme qui puise sa force à la fois dans la singularité de chacun et dans la communion de ces multiples présences sur scène. Les corps deviennent des instruments musicaux pour soulever les questions humaines posées par Eschyle dans le texte Prométhée Enchaîné.


Dans la lignée de ma recherche au sein de ma compagnie VASISTAS créée lors de mon Master de mise en scène à la faculté Aix-Marseille, je cherche sur scène la création d’une expérience singulière, une forme scénique poétique. Je propose de chercher à construire sur scène un théâtre “holistique”, c’est à dire qui met au même niveau tous les éléments scéniques : le langage, la musique, le corps et le mouvement, l’image et l’espace. L’apprentissage de la composition et de la gestion de plusieurs données simultanées et souvent contradictoires pour l’interprète, sera mis en avant. Nous allons travailler sur un texte tiré de la littérature grecque antique et sur la complexité de la condition humaine qu’elle soulève, notamment sur la place que chaque individu peut occuper dans le groupe et, a fortiori, dans le monde. Ce texte sera Prométhée enchaîné d’Eschyle, une tragédie qui est à la fois politique et métaphysique, un appel à la résistance et à la contestation du pouvoir absolu.

A. C.


Distribution du spectacle



— Mise en scène : Argyro CHIOTI
— Assistantes à la mise en scène : Clara CHRETIEN et Elyssa LEYDET
— Costumes : Thelma CAILLET et Anaïde NAYEBZADEH
— Scénographie : Anaïde NAYEBZADEH
— Médiation/ Production : Augusto OLIVEIRA
— Régisseuse : Aude DALLACOSTA
— Avec : Claire BOUCHERIE, Thelma CAILLET, Catherine CHAZEL, Marine GRÉGORI, Heloïse JUAN, Matéo MAVROMATIS, Mara MOLINARO, Arthur MORVAN, Stéphanie PERODDI, Colin SCHWEITZER et Carla VENTRE


Quelques mots de l’équipe

« Prométhée enchaîné est un texte très fort et, bien qu’il mette en scène des personnages de la mythologie grecque, aborde des thèmes qui s’adressent à tous. »

Stéphanie PERODDI - 24 ans. DEUST 2. « Formation de Base aux métiers du théâtre »

« Dans cette production, ça mélange les genres, ça danse, ça chante, ça cris, ça chuchote, ça questionne. Mais surtout, Argyro nous laisse énormément de liberté, et, étonnement, ça ouvre des portes insoupçonnées. Elle crée en même temps que nous, avec nous. »

Carla VENTRE – 21 ans. Licence 3. « Arts de la scène »

« La façon de travailler d’Argyro est aux antipodes de ce que j’ai pu expérimenter auparavant mais cette idée de créer une cohésion de groupe aussi intense par l’utilisation de rythmes, de musiques et de la vision périphérique me correspond à la perfection. »

Colin SCHWEITZER - 19 ans. DEUST 1. « Formation de Base aux métiers du théâtre »

« A partir d’un travail choral, nous voulons inventer un Prométhée qui serait le nôtre, qui serait la rencontre de douze acteurs qui se découvrent en prononçant les mots d’Eschyle. »

Clara CHRETIEN – 22 ans. Master 1. « Arts de la scène »


Images du spectacle
à venir…


La metteur en scène


Metteuse en scène et comédienne grecque, elle a créé la compagnie VASISTAS en 2005 avec Ariane Labed et Naima Carbajal à Marseille. Depuis 2007 la compagnie est basée à Athènes mais continue à mener un double parcours entre les deux villes. Elle a mis en scène avec la compagnie VASISTAS les spectacles : « Le Sincere » (2017/18), « La Divine Comedie » (2017, Centre Culturel Onassis - Athene /Le theatre Gymnase-Bernardines- Marseille), « Apologies 4&5 » (2016, Festival d’Athènes) « Emata/Bloods » (2014, production Centre Culturel Onassis), « DOMINO » (2013), « Spectacle » (2011), « Phobia : un spectacle » (2010), « Silence » (2008-09), « Le petit chaperon rouge : moi et mon loup » (2007), « Get over it » (Phedres) (2006). Elle a également mis en scène « Cassandra » de Benedetto Marcello (opéra monté en collaboration avec l’ensemble de musique baroque Latinitas Nostra et Beggar’s opera, 2009) et « Faust » de Goethe (pour le Théâtre National d’Athènes, projet expérimental de mise en scène collective). Après une école supérieure d’art dramatique à Athènes « Organisation théâtrale Morfe », au théâtre Embros 1996-2000, elle obtient un diplôme de Master professionnel « Dramaturgie et écritures scéniques - filière mise en scène » à l’Université de Provence (2004-2006).


Le projet universitaire


Cette production universitaire est intégrée dans le cursus de formation Arts du spectacle d’Aix-Marseille Université. Pour cette production le collectif artistique est au complet : une metteure en scène, une assistante, des acteurs, deux chargés de production et de médiation, deux créateurs lumière et son, une scénographe, et une responsable costumes. Ce collectif est formé d’une vingtaine d’étudiants en formation sous la responsabilité artistique de la metteure en scène et tutoré par l’équipe du Théâtre Antoine Vitez.